Comment choisir sa paille à maté ?

Il existe une très grande variété de pailles à maté, que l’on différencie à l’aide de critères techniques et esthétiques. Les connaître et les comprendre permet de faire le bon choix.


Les peuples guaranis ont été les premiers à consommer la yerba maté. Ils filtraient d’abord l’infusion avec les dents, avant d’improviser des pailles à partir de roseaux.

Aujourd’hui, les pailles à maté sont composées de trois parties : l’embout, le corps et le filtre. Malgré ces éléments communs, il existe une très grande variété de pailles à maté. Que ce soit la matière, le filtre, la taille, l’embout, la forme, la couleur ou encore les décorations, de nombreux paramètres différencient les pailles. Certains sont purement esthétiques tandis que d’autres sont techniques. Les critères esthétiques relèvent du bon goût de chacun. En revanche, il est fondamental de comprendre les critères techniques afin de faire le bon choix. Un mauvais choix de paille peut altérer la dégustation et gâcher le plaisir de boire un bon maté.

Afin que le maté soit réussi, il ne faut pas que la paille se bouche, ni qu’elle transmette de saveurs étrangères. Idéalement, elle ne doit ni être trop encombrante, ni trop petite. Enfin, il est recommandé de privilégier les pailles faciles à laver, et celles qui durent dans le temps.

Critères techniques

paille maté

La matière

La matière traditionnelle de la paille à maté est l’alpaca. Solide et fiable, elle résiste très bien au temps et aux usages quotidiens. De plus, les pailles en alpaca ne transmettent aucune saveur étrangère (particules du matériau) et permettent ainsi une dégustation optimale. Enfin, elles ont également la particularité de bien isoler la chaleur à l’intérieur, ce qui évite de se bruler les lèvres. En revanche, les pailles en alpaca demande tout de même un petit peu d’entretien.

Deux matières de paille supplémentaires ont les mêmes propriétés : l’argent et l’acier inoxydable. La plus traditionnelle reste cependant l’alpaca.

Les autres matières sont moins résistantes et peuvent chauffer à l’extérieur. Mais surtout, elles ont tendance à être poreuses. Cela peut transférer des particules non comestibles et altérer le goût du maté.

Les pailles les plus recommandables sont donc les pailles en alpaca, en argent ou en acier inoxydable. Même si ces dernières sont légèrement plus chères que d’autres pailles, leur coût s’amortira grâce à leur longue durée de vie.

Le filtre

Afin que la paille ne se bouche pas, il faut avant tout bien agiter le maté lors de la préparation. Cela permet de faire remonter les composants les plus fins de la yerba. Cependant, le filtre peut aussi jouer un rôle important s’il s’agit d’un blend particulier.

En effet, il faut choisir une paille particulière pour les yerba sans tige, qui ont une forte concentration de poudre; et pour les yerba brésiliennes, qui ont une mouture très fine. Les orifices du filtre doivent être étroits, afin qu’aucun composant solide ne rentre. En revanche, pour la yerba traditionnelle argentine (avec tige), toutes les pailles peuvent être utilisées.

Enfin certains filtres de paille sont amovibles et offrent la possibilité de laver l’intérieur. Ces filtres ne changent rien à la dégustation, mais sont pratiques pour l’entretien.

La taille

Il est important de tenir compte de la taille de la paille. En effet, celle-ci doit être suffisamment grande par rapport au maté pour que le visage n’entre pas en contact avec la yerba. Mais elle ne doit pas être trop grande au point de ne pas pouvoir être stable dans le maté.

La meilleure solution est de mettre la paille dans son maté avant de l’acheter, afin de vérifier que la taille est optimale.

L’embout

Enfin, il est recommandé de choisir une paille avec un embout large et aplati, afin que l’infusion arrive doucement dans la bouche et de manière fluide.


Critères esthétiques

paille maté

La forme

Il existe des pailles droites, des pailles courbées et des pailles dites « pico de loro ». Les pailles droites sont, comme leur nom le laissent deviner, rectilignes. Les pailles courbées sont en forme d’amande et sont parfois appelées « pico de rey ». Enfin, les pailles « pico de loro » se caractérisent par une courbe marquée au niveau du bec, qui crée une distance entre le maté et celui qui le boit.

La forme de la paille peut être choisie selon les préférences de chacun. Mais comme pour la taille, tester la paille dans son maté permet de mieux se projeter.

Les décorations

Les symboles traditionnels de l’artisanat argentin sont régulièrement présents sur les pailles à maté. Même s’ils ne sont pas obligatoires, on retrouve souvent des motifs guardapampa, des fers à cheval ou des croix andines pour décorer les pailles les plus travaillées.

Par ailleurs, on peut se questionner sur la présence quasi-systématique d’un anneau sur les pailles. Dans le temps, il permettait d’unir le corps et l’embout de la paille. Aujourd’hui, il n’est plus indispensable mais a été maintenu comme décoration.

Les couleurs

La couleur traditionnelle des pailles à maté est l’argent, qui est parfois accompagné par quelques décorations de couleur or. Ces coloris sont naturels car ils proviennent directement du matériau.

Il existe également des pailles métalliques colorées de manière artificielles. Jaune, bleu, rouge, vert, rose… il y en a pour tous les goûts.


Ce qu’il faut retenir

La matière de paille la plus fiable et traditionnelle est l’alpaca. On peut également choisir un modèle en acier inoxydable, qui ne demande pas d’entretien. Il faut aussi tenir compte du filtre pour qu’il soit adapté à la yerba maté. Si possible, il est recommandé d’essayer la paille dans le maté, afin de s’assurer que sa taille soit optimale. Enfin, les filtres amovibles et les embouts larges et aplatis sont à privilégier.

La forme de la paille, ses décorations et ses couleurs peuvent être choisies selon les préférences du matero car elles n’ont aucun impact sur la dégustation. Cependant, il est préférable de tester la paille dans son maté avant de l’acheter, pour mieux visualiser le rendu.


Partager l’article :

1 thought on “Comment choisir sa paille à maté ?

  1. Superbe article !

    Je privilégie les bombillas en Alpaca et en Acier inoxydable. J’ai deja vu des pailles en “fer” qui s’oxydent avec le temps. Il vaut mieux les éviter. Il y a aussi des bombillas em bambou, elles sont naturelles. Leur avantage : elles sont biodégradables. Leur inconvénient : elles tiennent moins bien dans le temps, er demandent une atttention particulière.

    Merci pour l’article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *