Estudiantes : le lion de La Plata

Estudiantes est un club de football argentin, situé à La Plata. C’est l’une des institutions les plus anciennes et les plus titrées du pays.


Estudiantes : un club incontournable

supporters estudiantes
Los Leales, la barra brava d’Estudiantes

Communément appelé Estudiantes, le Club Estudiantes de La Plata est un club argentin centenaire. Il est situé dans la province de Buenos Aires, à une cinquantaine de kilomètres au Sud-Est de la capitale.

Né en 1905 grâce à un groupe de joueurs de l’équipe rivale, il est l’un des clubs fondateurs du football professionnel argentin. En plus de cent ans d’histoire, Estudiantes a toujours été sur les devants de la scène.

Le club a écrit quelques-unes des plus belles pages de l’histoire du football argentin : plusieurs fois champion d’Argentine, quadruple vainqueur de la Copa Libertadores et même champion du monde. Estudiantes dispose de l’une des plus belles armoires à trophées du pays. À l’échelle internationale, c’est la première équipe à avoir participé à trois finales consécutives du mondial des clubs.

Avec plus de 40 000 socios, il est le club le plus populaire de La Plata, et dépasse largement son rival historique Gimnasia La Plata. Par ailleurs, Estudiantes est connu pour avoir un nombre très important de filiales (regroupements de fans) réparties dans le reste du pays.

Grâce à son histoire, à ses supporters et à son palmarès, Estudiantes a tout d’un grand. Il est d’ailleurs tout proche de faire partie des « cinq grands » argentins (Boca Juniors, River Plate, Racing, Independiente et San Lorenzo), et entretient avec eux une rivalité significative. C’est naturellement qu’il postule pour le statut honorifique de « sixième grand ». De plus, il fait partie de la liste FIFA des cent vingt clubs les plus classiques du monde.

Les supporters sont surnommés les « Pincharratas » (ceux qui transpercent les rats) en référence à Felipe Montedónica, un des premiers fans du club, qui était chargé de se débarrasser des rats sur le marché local, avec sa fourche.


Histoire d’Estudiantes

histoire estudiantes
Les Professeurs (années 1920)

Naissance du club

En 1905, le Club de Gimnasia y Esgrima La Plata est une institution omnisport importante de la ville, aux origines aristocratiques. Cette dernière privilégie les sports de salle et néglige le football, ce qui pousse un groupe de joueurs à entrer en conflit avec la direction. Les joueurs décident de s’éloigner et de créer un nouveau club, favorisant la pratique de leur sport favori. Le 4 aout 1905, l’acte de constitution est signé et le premier président, Miguel Gutiérrez, est élu. Au même titre que tous les membres fondateurs, c’est un ancien socio de Gimnasia. Le choix du nom leur fait référence puisqu’ils sont tous encore étudiants.

Pour choisir son maillot, Estudiantes s’inspire de l’Alumni Athletic Club, qui est très performant dans la région à l’époque. Les joueurs décident donc d’orner un équipement rouge et blanc, à rayures verticales.

En 1906, Estudiantes s’inscrit officiellement à l’Asociación del Fútbol Argentino (AFA). Un an plus tard, le gouverneur de la province de Buenos Aires cède au club un terrain appartenant à la ville. Le 25 décembre de la même année, le stade y est inauguré avec une grande fête populaire.

Ascension en amateur

C’est donc en 1906 qu’Estudiantes dispute ses premiers matchs, en troisième division. Les rouge et blanc n’y restent qu’une seule saison. Ils montent en seconde division puis atteignent la première en 1911, seulement six ans après la création du club. Cette ascension est marquée par une victoire 3 buts à 0 contre Independiente. Gimnasia ayant délaissé le football pour d’autres disciplines, le club des étudiants de La Plata devient le premier représentant de la ville à jouer dans la catégorie reine. En 1913, Estudiantes est sacré champion d’Argentine, ce qui est à nouveau une première pour un club de La Plata.

Deux ans plus tard, Gimnasia, qui commence à donner plus d’importance au football, atteint à son tour la première division. L’histoire d’un des classicos les plus populaires du pays débute alors. Le premier a lieu le 27 août 1916. Malgré son expérience, Estudiantes s’incline 1 but à 0. Une forte rivalité existait déjà entre les deux clubs de La Plata, mais l’ascension de Gimnasia permet enfin aux deux équipes de s’affronter, et renforce les clivages.

Dans les années 1920, Estudiantes donne naissance à une équipe de grande classe, surnommée « Los Profesores » (les professeurs). Devant, on trouve Manuel « Nolo » Ferreira, capitaine de la sélection argentine, vainqueur de la Copa America et médaille d’argent aux Jeux Olympiques. Il est accompagné en attaque par Enrique Guaita et Alejandro Scopelli, tous les deux champions du monde avec l’Italie. Au milieu de terrain et en défense, l’international Saúl Calandra et les frères Sbarra sont les autres figures de proue de ce onze légendaire.

Malgré la qualité de l’effectif, Estudiantes termine vice-champion d’Argentine lors de la dernière saison en amateur, en 1930.

Apogée en professionnel

En 1931, Estudiantes fait partie des clubs fondateurs du football professionnel argentin. Cette saison-là, l’équipe est toujours emmenée par les professeurs, qui obtiennent la troisième place, derrière Boca Juniors et San Lorenzo.

Dans les années 1930, Estandiantes joue souvent les premiers rôles dans le championnat, mais ne parvient pas à le remporter. Cependant, elles seront marquées cinq victoires consécutives contre Gimnasia. Une série record qui sera répétée dans les années 2000.

La malédiction en championnat continue dans les années 1940, où le club reste performant sans parvenir à atteindre la première place. Mais dans les autres compétitions, les efforts des joueurs sont récompensés. Estudiantes obtient deux coupes nationales, en 1944 et 1945. La première, aux dépends de San Lorenzo, et la seconde, contre Boca Juniors. Une petite revanche contre les deux clubs de Buenos Aires qui enchainent les victoires en championnat.

En 1967, la régularité du club de La Plata est finalement récompensée. Estudiantes remporte le championnat métropolitain. Cette victoire est considérée comme un véritable exploit puisque, jusqu’alors, tous les championnats professionnels (depuis 1931) avaient été remporté par un des « cinq grands » (Boca Juniors, River Plate, Independiente, Racing et San Lorenzo).

Un incroyable événement a lieu la même année : le club prend part au championnat national, et termine vice-champion alors qu’il ne concède aucune défaite (neuf victoires et six nuls). Tout proche de réaliser un doublé historique, Estudiantes n’en reste pas là et confirme sa grande forme l’année suivante.

Qualifié pour la Copa Libertadores, le club réalise une superbe campagne et remporte la plus prestigieuse des compétitions sud-américaines. Il participe ensuite au mondial des clubs et devient Champion du Monde en battant le grand Manchester United.

La Copa Libertadores devient la compétition favorite des rouge et blanc, qui la remportent à nouveau en 1969 et en 1970 (trois titres consécutifs), puis en une quatrième fois en 2009.

Si les années 1970 sont moins prolifiques que la décennie précédente, Estudiantes reste l’un des clubs les plus réguliers d’Argentine. Il descend en seconde division à deux reprises seulement, et remonte l’année suivante à chaque fois. Aujourd’hui, c’est l’un des clubs les plus titrés du pays, avec cinq championnats de première division, deux coupes nationales et six titres internationaux.

Pour les supporters, il y a également une victoire qui a presque autant de valeur qu’un titre. En 2006, alors que l’équipe est entrainée par Diego Simeone, Estudiantes s’impose 7 buts à 0 contre Gimnasia. Un match inoubliable. Par ailleurs, le titre de champion remporté la même année, sera le premier succès notable du célèbre entraineur argentin.


Le lion de la Plata

Estudiantes est surnommé « El León ». Plusieurs versions existent quant à l’origine de cette appellation. Cependant, la plus populaire reste celle racontée par les socios. À travers ce surnom, ils mettent en avant leur statut de « roi de la jungle », aux dépends de Gimnasia qui se fait surnommer « le loup ». Mais si on considère le club comme le lion de la Plata, c’est aussi pour ses exploits sportifs.

Un palmarès brillant

histoire estudiantes
L’équipe championne de 1967

Avec douze finales internationales pour six titres, la réputation d’Estudiantes dépasse les frontières. Estudiantes est l’unique club de La Plata qui gagne des titres internationaux de manière régulière. À l’échelle du pays, il fait partie des six clubs argentins à avoir été sacré Champion du Monde, et c’est le troisième club avec le plus de Copa Libertadores (à égalité avec River Plate, derrière Boca Juniors et Independiente).

Estudiantes est aussi l’institution qui a réussi à rompre l’hégémonie des « cinq grands » en 1967, et le tout premier club sud-américain à avoir remporté la Copa Interamericana en 1969.

Enfin, impossible de ne pas mettre en avant la régularité du club qui n’a passé que deux saisons en seconde division (champion les deux fois) depuis la professionnalisation du football en Argentine. Parmi les dix-huit clubs fondateurs de la ligue professionnelle, peu d’équipe ont fait mieux. Boca Juniors est l’unique club à ne jamais avoir été relégué.

Pour un club qui envisageait simplement de rivaliser avec son ennemi local lors de sa création, l’objectif est plus que rempli. Et le plus grand accomplissement d’Estudiantes reste l’incroyable victoire de 1968.

Le bourreau de Manchester United

estudiantes manchester
L’entraineur, le capitaine et le président d’Estudiantes soulèvent la coupe intercontinentale de 1968

En 1968, Estudiantes remporte la Libertadores et s’apprête à affronter un ogre européen : Manchester United. À cette époque, le géant anglais est emmené par George Best, l’un des plus grands attaquants de l’histoire du football. Avec lui, Manchester United connaît un succès impressionnant dans les années 1960 : coupe nationale, championnat d’Angleterre, ligue des champions… Le club anglais rafle tout sur son passage. Signe du calibre de l’effectif, trois joueurs du club remporte le ballon d’or durant cette décennie : Denis Law (1964), BobCharlton (1966) et George Best (1968).

Estudiantes, qui vient tout juste gagner son premier championnat professionnel, ne fait pas figure de favori. La rencontre a lieu en deux fois : match aller à la Bombonera (Buenos Aires) et match retour à Old Trafford (Manchester). Le premier match se termine sur le score de 1 à 0 pour les argentins, dans une ambiance incroyable où plus de 66 000 supporters donnent de la voix. Surpris, les anglais comptent bien se rattraper à domicile, mais se font surprendre dès la sixième minute. Malgré leurs efforts et une égalisation dans les derniers instants de la partie, ils ne parviendront pas à rattraper leur retard du match aller.

Estudiantes devient champion du monde des clubs, et succède à un autre club argentin : Racing. Au-delà de l’inexpérience d’Estudiantes à ce niveau de compétition, la victoire est rendue fantastique par le niveau du Manchester de cette époque. Ce titre restera le plus grand de l’histoire d’Estudiantes, et l’un des plus beaux du football argentin.

Le sixième grand ?

lion estudiantes la plata
Hologramme du lion d’Estudiantes (2019)

Plusieurs études et sondages ont désigné Estudiantes comme le sixième plus grand club d’Argentine. Mais Vélez Sarsfield et Rosario Central sont aussi régulièrement cités.

Les titres nationaux et internationaux, la longévité en première division et la ferveur des supporters sont autant de raisons qui anime la volonté d’Estudiantes d’être reconnu comme : le « sixième grand club argentin ».

Si cette reconnaissance honorifique peut sembler anecdotique, elle est très importante aux yeux des supporters. En effet, le foot est au cœur des conversations en Argentine, et tous les arguments comptent pour mettre en avant son club.

Malheureusement pour les fans de foot, désigner le « sixième grand » est très compliqué. Sur les trois candidats : Estudiantes est le club qui est resté le plus longtemps en première division, Vélez est le club le plus titré et Rosario est le plus populaire (nombre de socios et de spectateurs à chaque match). Pour ne rien arranger, Huracán prétend également à ce statut en raison de sa rivalité directe avec San Lorenzo, qui fait partie des « cinq grands ».

Chacun se fera sa propre opinion sur ce débat sans fin. Mais une chose est sûre, la grandeur du club de La Plata fait de lui un prétendant plus que légitime, à ce surnom qui galvanise les supporters.


Partager l’article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *