Le Gauchito Gil : un personnage légendaire

Le Gauchito Gil est un personnage emblématique argentin. Son histoire légendaire a amené ses fidèles à l’élever au rang de Saint.


Qui est le Gauchito Gil ?

gauchito gil

En Argentine, certaines personnes donnent tellement au peuple que le peuple les sanctifie. Maradona, Gilda, Rodrigo, la Difunta Correa… Tous font l’objet d’un culte au même titre que des Saints.

Parmi eux, il existe une figure bien connue, très présente dans l’intérieur du pays. On l’aperçoit souvent au bord des routes, parfois dans les villages, et même dans les maisons populaires. Ornée d’une longue chevelure, portant des habits modestes, accompagnée d’une croix et d’un ruban rouge, elle est facilement reconnaissable.

Cette figure populaire, c’est celle du Gauchito Gil. Symbole de l’Argentine rurale, il s’agit d’un personnage légendaire, à qui les argentins vouent un grand culte et une dévotion profonde.

La légende du Gauchito Gil est fondée sur l’histoire d’Antonio Plutarco Cruz Mamerto Gil Núñez, un gaucho qui a vécu dans la province de Corrientes, au 19ème siècle.


Que représente le Gauchito Gil en Argentine ?

gauchito gil

Le Gauchito Gil est particulièrement associé à l’intérieur du pays, aux gauchos et aux milieux populaires. Même si l’Église ne le reconnaît pas comme tel, ses fidèles le considèrent comme un Saint et le célèbrent à travers messes, pèlerinages et chants.

Le Gauchito est représenté par la couleur rouge. Elle fait référence au Parti Libéral de Corrientes, auquel il appartenait.

Un grand sanctuaire a été construit à quelques kilomètres de la ville de Mercedes, où Gil a été exécuté. Toute l’année, et particulièrement le jour de l’anniversaire de sa mort (le 8 janvier), des centaines de milliers de pèlerins s’y rassemblent afin de lui rendre hommage. Ils lui réclament une faveur, lui demandent une protection, ou le remercient tout simplement. Les pèlerins viennent aussi pour déposer des offrandes en tout genre : bougies, photos, vin, cigarettes, rubans rouges…

Dans tout le reste du pays, on trouve des petits édifices du Gauchito Gil, très souvent le long des routes. Il est considéré comme le protecteur des voyageurs et des automobilistes.

Lorsqu’ils croisent un édifice sur la route, les fidèles n’oublient jamais de klaxonner, de se recueillir pour demander aide et protection, ou encore de s’arrêter pour déposer une offrande.

Le mythe est tellement fort qu’il y a aussi des sanctuaires à l’extérieur du pays. Au Chili, en Uruguay, en Bolivie et même en Espagne, près de Barcelone.


Histoire du Gauchito Gil

gauchito gil

Le Gauchito Gil est né à côté de Mercedes (province de Corrientes) dans un village appelé Pay Ubre. On sait qu’il a vu le jour un 12 août, pendant les années 1840, mais on ignore l’année exacte. Il a été exécuté le 8 janvier 1878, également à côté de Mercedes. Cependant, à l’instar de nombreuses légendes, son histoire fait l’objet de plusieurs versions dont on ignore le bien-fondé.

Le travailleur amoureux

La première version, qui est aussi la plus répandue, raconte que le Gauchito Gil était un humble travailleur de Mercedes, ayant une histoire d’amour avec une veuve fortunée : Estrella Díaz. Mais les frères d’Estrella n’acceptent pas cette relation, tout comme le commissaire de la police locale, qui courtise cette femme.

Gil se retrouve face à plusieurs ennemis et le danger l’oblige à quitter la région. Il s’engage avec l’armée et part pour la Guerre de la Triple Alliance, contre le Paraguay.

Il vit terriblement cette période car il a l’impression de se battre contre ses frères guaranis (Corrientes est une province voisine du Paraguay). À son retour, alors qu’il est à nouveau engagé pour combattre aux côtés d’une milice locale, il fait un rêve. Ñandeyara, le Dieu guarani, apparaît et lui dit « ne fait plus couler le sang de tes semblables ». Le jour suivant, le Gauchito déserte.

Lorsqu’il se fait attraper, son histoire d’amour avec Estrella ne joue pas en sa faveur, et il est condamné à mort. Pendu par le pied, il déclare à son bourreau que s’il prie en son nom, son fils – alors très malade – guérira immédiatement. Après avoir achevé Gil d’une entaille à la gorge, le bourreau rentre et prie en son nom. Son fils guéri miraculeusement.

Il retourne alors sur le lieu de l’exécution et enterre décemment le corps du Gauchito Gil. Ceux qui apprennent le miracle transforment sa tombe en un sanctuaire, qui ne cessera jamais de grandir.

Le Robin des Bois argentin

La seconde version raconte que le Gauchito Gil faisait partie d’un groupe de justiciers, qui allaient de village en village pour voler aux riches et donner aux pauvres. Avec ses acolytes, il vengeait aussi ceux qui avaient été humiliés et soignait les malades.

Recherchés par la police, ils sont cachés et protégés par le peuple. Jusqu’au jour où, alors qu’ils font une sieste pour se reposer d’une nuit agitée, les policiers les trouvent et les attaquent. Tous sont abattus sauf Gil qui parvient à éviter les tirs, avant d’être attrapé derrière un arbre.

Comme lors de la première version, le Gauchito déclare à celui qui s’apprête le tuer que son fils malade guérira s’il prie en son nom. Après avoir tiré, le policier rentre chez lui, prie au nom de Gil, et son fils guéri. Là aussi, le policier reviendra pour enterrer décemment le Gauchito Gil et la tombe deviendra un célèbre sanctuaire.


Partager l’article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *